Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Raffaele SIGNORINI

? – 1737

Aussi [Raffaello] [Rafaele]

Ce castrat généralement désigné comme contralto est apparemment originaire de Florence, où il débute sans doute. C'est là qui paraît en 1716-17 dans trois opéras où il campe de petits rôles, comme Idaspe dans Il Tamerlan avec le Bajazet du ténor Luchini, le seigneur tartare du castrat Albertini et l'Andronico de la contralto Laurenti. On l'entend plus tard à Ancône, modeste théâtre.
Autour de 1722, il est employé à Würzburg, en même temps que la soprano Pilotti-Schiavonetti et la famille de celle-ci. Mais c'est au service de la chapelle ducale de San Marco à Venise qu'on le retrouve entre 1724 et 1727, ce qui lui permet de fouler les planches italiennes.
Le castrat est à ainsi à Pesaro en 1726, puis en 1727 à Reggio Emilia avec Carestini, dans un opéra produit par Vivaldi. Il passe aussi par Milan et Florence pour Il Nerone de Bencini, avec la soprano Eberard et la contralto Lancetti. On l'entend à Bologne l'année suivante dans Teodorico de Buini avec le ténor Tomii et les contraltos Girò et Bagnolesi. En 1729, il retrouve Florence, mais en tête de distribution, en incarnant le rôle titre d'un Farnace où paraissent aussi les sopranos Gasparini, Mazzoni et la contralto Uttini.
Présent à Rome en 1730, il a l'honneur de participer au légendaire Artaserse de Vinci, première mise en musique du livret le plus renommé de Métastase, dans le rôle titre. C'est aussi lui qui incarne le premier empereur Alexandre dans Alessandro nell'Indie. Le castrat Farfallino, prima donna romaine, Carestini et le ténor Tolve font aussi partie des têtes d'affiche. Ces interprètes donnent enfin la cantate métastasienne La Contesa de' Numi, toujours de Vinci, avec le soprano Domenico Ricci. Il profite de sa présence en Italie pour faire envoyer de la musique à son ancien employeur allemand depuis Venise.
En 1732, il interprète deux serenate de Paganelli à Padoue, dont Narciso al fonte, avec Andrea Tassi. Le chanteur a en effet intégré la chapelle locale comme soprano, alors qu'il était contralto à San Marco ; il y demeure jusqu'à sa mort en 1737. Notons qu'une mention des registres de la chapelle ducale vénitienne indique l'année suivante qu'un certain Giobatta Signorini est père de Raffaele Signorini, sans plus de détails.

Artaserse Artaserse L. Vinci 1730 Rome
  P. Jaroussky, Concerto Köln dir. D. Fasolis – CD Virgin classics 2012